"Neuropsychiatre, psychanalyste membre de l'école de la Cause freudienne et maintenant et avant tout grand-mère, Anny Cordié revient sur sa biographie. Elle évoque notamment sa scolarité et les difficultés que les filles avaient, durant les années 1940-1950, pour étudier. Confrontée aux difficultés psychologiques de sa mère précocement veuve d'une première union, elle évoque sa propre expérience de la souffrance.
Partie à Paris pour étudier la médecine, elle y découvrira bien des aspects de la vie et mettra en oeuvre sa vocation de psychanalyste tout en s'intéressant aux malaises des écoliers et des enseignants. Au-delà des aspects thérapeutiques recherchés par sa pratique, elle explique comment l'écoute et les échanges verbaux permettent de tisser les liens sociaux et de comprendre le rapport au savoir, dénouant bien des échecs." (François Texier et Martine Lani-Bayle)

Ce document a été produit dans le cadre des recherches menées dans l'axe 4 du CREN "Démarche clinique-dialogique en éducation et formation et qualité de vie : expressions, milieux et temporalité"